Découvrir la Bourgogne : photo-mystère n° 12 (série 2)

par Youk (David)  -  23 Mars 2006, 09:19  -  #6.1. Curiosités (Jeux touristiques)

Voici une curiosité bourguignonne qui devrait vous occuper un moment :


Supermama 26/03/2006 09:29

Merde merde merde, pour une fois, je voulais participer ... (ce sera pour la prochaine fois !)
Je connais un truc en Bourgogne, je ne dis pas quoi, mais c'est un lieu sublime et trop méconnu. Je le proposerai dans ta prochaine énigme (oui oui oui, moi aussi je sais être énigmatique ... :p).
Des bises !

missmio 24/03/2006 11:14

Je crois que j'arrive un peu tard!!! Tant pis! Salutations!

Le Gros 24/03/2006 09:38

C'est qui prolixe ?

Danet 24/03/2006 09:33

Eh bien, un vrai travail de détective ! Intéressant ! Bonne journée à toi. Danet.

chrystaline 24/03/2006 05:02

aucune idée. Doux vendredi, bises
 

:0026: Niconippon 24/03/2006 01:45

Je prends !

cricri 23/03/2006 18:18

à remettre au vainqueur

Youk (David) 23/03/2006 18:19

Ce sera fait ;-)

christian et renée 23/03/2006 17:57

hou la la , heureusement que je n'ai pas participé à votre jeu ludique, c'est trop dur pour ceux qui n'habite pas à proximité des indices, mais c'est un jeu interessant à tout point de vue, car il vous fait apprendre les belles choses que nous avons en France, merci à toi cher Youk, je ne joue pas mais je suis le feuilleton de près, peut-être qu'un jour, qui sait ? Je trouverai (par hasard, il s'entend).Bonne soirée à toi, et à plus, le vin n'est pas encore tiré, mais je sens que ça ne va pas tarder, nous sommes invités à la foire aux vins de Marseille, peut-être nous lancerons nous.!!!Grosses bises de nous deux. Mamiekéké

Youk (David) 23/03/2006 18:18

Bonjour,
Le jeu n'est pas destiné aux seuls Bourguignons. Il est edestiné à tous pour faire découvrir la Bourgogne, à travers les lieux proposés non seulement en énigmes mais aussi par les joueurs.
Le tout est d'avoir une bonne méthode (hein, Frédo ?) et Google est ton ami.
Et si je regarde les joueurs, peu sont Bourguignons. Nico est un Breton au Japon, comme LeGros d'ailleurs, Fredo est un Marseillais à Paris, Semiramis est une Alsacienne...
Alors, tu peux aussi tenter ta chance.
Amicalement.

Youkette 23/03/2006 17:53

Bon, ben j'arrive après la bataille... pas eu le temps de chercher. Enfin, je ne croyais pas que l'énigme avait été résolue au vu des commentaires du haut, ça patinait dans la semoule ! lolC'est sympa comme fresque.

Semiramis 23/03/2006 13:15

Le plan de travail de ta cuisine que tu n'as plus le temps de nettoyer vu le temps consacré à tes deux blogs.

Youk (David) 23/03/2006 14:15

Fredogino 23/03/2006 12:37

ouaips, église saint-germain

Youk (David) 23/03/2006 12:42

Désolé, Frédo.

:0026: Niconippon 23/03/2006 12:37

c'est la danse macabre à la Ferté Loupière

Youk (David) 23/03/2006 12:41

Enfin !!
La Ferté Loupière se trouve seulement à 30 km au nord-ouest de la ville d'Auxerre, au nord de la région de la Puisaye, dans la vallée de la Vrin.
L'église a comme origine un ancien prieuré du XIIème siècle dépendant des chanoines de Saint-Augustin du Mont-aux-Malades-lès-Rouen. Elle a été transformée au XVème et au XVIIème siècle. Le sol de la nef a été rehaussé plusieurs fois à cause d'inondations causées par la rivière Vrin qui passe juste derrière l'église.
Il s'agit de peintures à la détrempe. La peinture était appliquée à sec. Les pigments picturaux sont liés entre eux et à la préparation ou enduit du mur par un produit collant en solution aqueuse ou en émulsion comme de la résine, de la colle animale, de l'huile.
À la fois pamphlet social et allégorie funèbre, cette peinture murale de la "danse macabre" datant du 15ème siècle est un testament rare d'une thématique populaire mais peu représentée. Sa parfaite préservation est dûe à un ciment qui, à l'origine, devait la condamner à l'oubli. Cette fresque de 25 mètres découverte au début du 20ème siècle rappelle que la mort nivelle les inégalités sociales tout en étant inéluctable et imprévisible.
Sur le mur nord de la nef, de la 2ème à la 3ème travée est représenté la Danse Macabre. De gauche à droite : Sous un arc, l'acteur assis écrit sur un parchemin. Trois squelettes musiciens jouent respectivement de la cornemuse, de l'orgue portatif et de la harpe. Ensuite suivent 19 couples mort-vif.
Sur le mur nord de la nef, à gauche de la danse macabre, sur la 1ère travée est représenté le "Dit des trois morts et des trois vifs", suivant un texte littéraire du XIIème siècle. A gauche, trois squelettes couverts d'un linceul, le premier muni d'une lance et d'une faux, s'avance vers une croix. Un oiseau perché sur la croix observe la scène. A droite trois cavaliers. Le 1er cavalier est surpris et son cheval se cabre. Le 3ème cavalier fait demi-tour. Au dessus des trois cavaliers volent deux faucons. Au pieds des chevaux, sont représentés des arbres rabougris, ainsi que deux chiens qui hurlent.
Cette scène sert de prologue à la danse macabre : trois jeunes cavaliers sont surpris dans leur partie de chasse par la vision de trois morts qui leur font face de l’autre côté d’une croix. Ici aussi, la vie est précaire, la mort peut être brutale, quels que soient le moment et la condition sociale.
La Danse Macabre prend tout son sens dans cette triple moralité : la mort est universelle et inévitable; elle est inattendue ; elle rétablit l’égalité entre les hommes.

Fredogino 23/03/2006 12:36

dé-gout-té

:0026: Niconippon 23/03/2006 12:34

Abbaye de la Chaise Dieu !mais quel tatillon ce Youk alors !

Youk (David) 23/03/2006 12:35

La Chaise-Dieu n'est pas en Bourgogne.

:0026: Niconippon 23/03/2006 12:30

La célèbre Danse macabre de La Chaise-Dieu est un véritable sermon, une leçon d'égalité devant la mort. Un défilé de couples composés d'un mort nu, parfois drapé d'un linceul et d'un vivant représentant l'ordre hiérarchique de la société médiévale. Nul n'y échappe, les richesses, les honneurs et la gloire ne sont rien au moment du trépas et cette égalité devant la mort rassure. C'est la promesse d'une vie nouvelle et éternelle. Elle expose aussi bien le Pape, le plus haut dignitaire à l'époque médiévale, que le médecin, l'astrologue, le moine, le prêtre, la bergère, le laboureur ou l'enfant. Comme pour le jour du Jugement Dernier, ce sont les plus grands qui ouvrent la marche. N'auraient-ils pas plus à se faire pardonner ? La fresque de la Danse Macabre reste, là comme ailleurs, le message de l'Eglise aux chrétiens, les invitant au repentir et à la pénitence. Dans l'abbatiale, elle prépare non seulement les fidèles, mais aussi les moines à ce qui les attend. On doit être prêt à mourir, c'est la loi de Dieu. Lui seul, décidera de l'heure. Cette oeuvre n'est aujourd'hui accessible qu'en arrivant du chour. Elle orne les troisième, quatrième et cinquième travées. L'ensemble est composé de trois panneaux séparés par deux piliers donnant l'aspect d'un triptyque. Modestement éclairée par de hautes fenêtres en lancette, elle expose en une procession, 46 personnages répartis entre 23 vifs et 23 morts ou «transis» sur une longueur de 26 mètres. Chacun de ces personnages a une hauteur d'un mètre vingt environ. Au début du second panneau, une partie de la fresque a disparu. Ce dommage irréparable est le résultat de l'installation d'un escalier menant à la chaire, réalisé à la fin du XIXème siècle et détruit au début du XXème.

:0026: Niconippon 23/03/2006 12:30

c'est la danse macabre à La Chaise Dieu !!!!!!

Youk (David) 23/03/2006 12:32

A la Chaise-Dieu ? C'est vers le Puy-en-Velais, ça... Non ?
43160 LA CHAISE DIEU
Je suis d'accord pour la Danse Macabre toutefois.

:0026: Niconippon 23/03/2006 12:27

c'est Carolingien ?

Youk (David) 23/03/2006 12:27

Non.

Fredogino 23/03/2006 12:26

lol

Fredogino 23/03/2006 12:26

Tu sais un mec qui confond la Bourgogne avec la Franche-Comté et l'Auvergne, il est plus bon à rien...

:0026: Niconippon 23/03/2006 12:26

Pas de quoi Fredo, faut dire que si tu commences à sortir toutes les églises de la région, tu vas faire péter le blog et Youk va se retrouver banni d'OB lol !

Youk (David) 23/03/2006 12:27

Banidaubé ?

:0026: Niconippon 23/03/2006 12:24

c'est une fresque gallo romaine ?

Youk (David) 23/03/2006 12:25

Non.

Fredogino 23/03/2006 12:23

Merci Nico. Je commençais à être ridicule. J'en profite pour filer bouffer.

Youk (David) 23/03/2006 12:25

Comme il se dégonfle !

:0026: Niconippon 23/03/2006 12:19

Yonne ?

Youk (David) 23/03/2006 12:19

Ouiiiii.

:0026: Niconippon 23/03/2006 12:19

Nièvre ?

Youk (David) 23/03/2006 12:19

Non. Plus qu'un.

:0026: Niconippon 23/03/2006 12:18

Saone et loire ?

Youk (David) 23/03/2006 12:19

Non.

:0026: Niconippon 23/03/2006 12:18

21 ?

Youk (David) 23/03/2006 12:19

Non. Salut Nico. A la rescousse ?

Fredogino 23/03/2006 12:17

La collégiale Saint-Hippolyte de Poligny?

Youk (David) 23/03/2006 12:19

C'est dans le Jura, en Franche-Comté.
La Collégiale Saint-Hippolyte a été bâtie à partir de 1415 grâce à Jean Chousat, bourgeois de la ville de Poligny.Le dôme a remplacé le clocher originel qui était surmonté d’une grande flèche sculptée, en tuf, qui dit-on doublait la hauteur de l’édifice actuel.Saint-Hippolyte est l’un des plus beaux "vaisseaux" de la Franche-Comté. Il est vrai qu’avec ses lignes sobres, ses chapeaux sans ornements et ses voûtes surbaissées donnent une impression de force et de noblesse. Mais sa grande richesse, ce sont ses statues, pour la plupart du XVe siècle, de l’Ecole de Bourgogne. L’église est constituée de quatre chapelles différentes.Dans la première, se trouve la statue de Jean Chevrot, évêque de Tournai, originaire de Poligny. On peut y admirer également une photo du Triptyque des 7 sacrements de Van der Weyden, datant du XVe siècle. Le vitrail ainsi que tous ceux de la Collégiale datent de la fin du XIXe, les vitraux originaux ayant été détruits par les français en 1638, lors du pillage de la ville.La deuxième chapelle est dédiée à Saint-François-Xavier. On y voit la statue de Pierre Versay, évêque d’Amiens, natif de Poligny et surtout neveu de Jacques Coittier, l’un des plus illustres personnages de Poligny. En effet Jacques Coittier était le médecin de Louis XI. Le vitrail que l’on voit dans cette chapelle représente l’arrivée des reliques de Sainte Colette à Poligny.Dans la troisième, une troisième statue, celle de Thomas de Plaine, polinois et Président au parlement de Bourgogne. Cette statue se trouvait à l’origine, à l’intérieur de l’église des Jacobins. Le vitrail lui, illustre la résurrection d’une religieuse par Sainte Colette.La dernière chapelle au fond du collatéral est la chapelle du fondateur, Jean Chousat. Il y serait enterré au pied de l’Autel. On peut admirer un grand tableau de l’Assomption, peint par Jordans au XVIIe siècle, ainsi que la statue da la Vierge du Fondateur.Dans la grande nef, à l’entrée du choeur vaste et profond, on y voit un grand Calvaire en bois polychromé du XVe siècle et placé en "poutre de Gloire". Le Maître Autel en marbre provient de l’église des Jacobins alors que les stalles datent du XVIIe siècle. Dans la collatéral nord, la chapelle du fond expose un Retable de style Louis XVI. La Collégiale possède également deux Orgues Cavaillé Coll du XIXe siècle. Une fresque représentant Saint-Christophe a été découverte et restaurée récemment à côté du plus grand des deux orgues.

Fredogino 23/03/2006 12:15

Je me disais aussi, c'est dans le val d'Allier, ça pouvait pas marcher ;)

Fredogino 23/03/2006 12:12

Bègues, c'est en Bourgogne?

Youk (David) 23/03/2006 12:14

Non, en Auvergne.

Fredogino 23/03/2006 12:11

L'église romane du Château de Pierreclos, putain ça a pas l'air moche ça aussi

Youk (David) 23/03/2006 12:12

Non.
A flanc de coteaux, entourée de vignes, la silhouette massive du château de Pierreclos porte joliment ses neuf siècles d’histoire.
Plusieurs fois dévasté et abandonné, il a survécu grâce à la volonté de passionnés qui ont pris en main sa destinée dans les années 80. De l’ancienne église romane du XIIème, il ne reste que le sobre et élégant clocher, à l’intérieur duquel on peut admirer les chapiteaux et une fresque.
Le château de Pierreclos était apprécié d’Alphonse de Lamartine qui y trouvait sa source d’inspiration et l’amour de sa muse, Nina de Pierreclau. Sa statue en cire est installée à l’étage de la tour du XIIème, au dessus de la boulangerie dont les fours avaient chacun leur utilisation.
Les cuisines sont immenses : deux cheminées avec leur mécanisme y prennent place. Elles datent du Moyen-Age et devaient pouvoir assurer les repas des soldats défendant le château ; elles sont aussi grandes que celles de l’Hôtel-Dieu de Beaune !
Vous serez également stupéfait par cet exemple unique en France d’escalier Renaissance se déroulant en spirale. Votre visite chronologique du château se poursuit avec les appartements XVIème et XVIIIème des anciens maîtres de maison dont le mobilier est évidemment d’époque.

Fredogino 23/03/2006 12:10

L'église de Savigny lès Beaune?

Youk (David) 23/03/2006 12:10

Non. J'y préfère le vin.

Fredogino 23/03/2006 12:06

tiens, c'est joli ici :http://www.art-roman.net/bourgogne/bourgogne.htm

Youk (David) 23/03/2006 12:07

Oui, mais il n'y a pas ce que l'on cherche.

Fredogino 23/03/2006 12:05

Putain! Saint André d'Iguerande, c'est magnifique...

Youk (David) 23/03/2006 12:06

Non.
La belle église romane d'Iguerande est située sur un hauteur dominant la vallée de la Loire à l'extrême sud du Brionnais. C'est l'une des plus pures et plus complètes églises romanes de cette partie de la Bourgogne, où l'art roman abonde comme nulle part. L'édifice de la fin du 11e siècle se présente comme un ensemble solide, imposant et trapu et profite d'une importante restauration vers 1978. C'est le seul vestige d'un prieuré bénédictin dépendant de Marcigny et auparavant de Cluny, dont les bâtiments n'existent plus depuis la Révolution. Le plan de l'église est commun: une nef à bas-côtés de trois travées, un large transept saillant sous clocher central et un choeur d'une travée prolongée par une abside entre absidioles. Le sobre style du 11e siècle règne partout: les lourdes arcades sont en plein cintre, les voûtes de la nef, du choeur et des croisillons sont en berceau, les piliers carrées sont flanquées de colonnes engagées, les collatéraux sont voûtés d'arêtes et la croisée est couverte d'une coupole. La nef centrale est aveugle comme à Varenne-l'Arconce où Saint-Germain-en-Brionnais. Le tout est d'une harmonie parfaite et d'une grande sobriété, dominé par le large clocher central avec deux étages et baies géminées. Un important décor sculpté augmente l'interêt de l'église: l'abside est rythmée par des arcatures sur colonettes, les bases des colonnes de l'église sont sculptées d'animaux (remarquons l'étrange Veau à la tête renversée) et à l'extérieur les modillons présentent des personnages, des têtes et des animaux. Mais ce sont surtout les chapiteaux des piliers qui sont intéressants par leur style primitif des années 1100. Les plus admirables montrent le Joueur de Harpe et le cyclope à la flute de pan, les Joueurs de Trompe, les chats affrontés et les aigles; d'autres présentent des motifs végétaux et personnages fantastiques. Le simple portail principal, très remanié, possède d'autres chapiteaux. Quelques fresques du 16e siècle sont conservées dans le choeur. Au côté sud de l'église, remarquons les loures contreforts qui contrebutent l'édifice et la sacristie qui remplace l'absidiole romane.

Fredogino 23/03/2006 12:02


Le chevalier Jean II de Courtenay est représenté en armure et à cheval sur le mur de la deuxième travée nord du choeur de Saint-Loup de Bléneau dans l'Yonne? Ca y ressemble pas.

Youk (David) 23/03/2006 12:05

Non. Il y a de quoi devenir enragé. Bleneau... rage, hi hi hi !

cricri 23/03/2006 11:59

La jolie petite ville de Paray-le-Monial ?

Youk (David) 23/03/2006 12:00

Non.

Fredogino 23/03/2006 11:59

Madeleine du Villars. Ca a l'air mignon Le Villars

Youk (David) 23/03/2006 12:00

Non.
L' église Sainte Marie-Madeleine remonte à la fin du XIème et au Xiième siècle, époque à laquelle s'installe un prieuré de bénédictines.Une seule toiture enferme deux nefs parallèles, l'une étroite et plafonnée, celle des paroissiens, l'autre, séparée par un mur mitoyen avec ouvertures, plus large, voûtée en berceau, celle des moniales. Cette seconde nef qui a subi de nombreuses et importantes vicissitudes garde un portail dont les archivoltes reposent sur des chapiteaux à décor végétal. Un grand porche précède le portail de l'église couronné d'un gâble un peu aigu.Les récentes restaurations ont mis à jour sur la voûte en cul-de-four de l'abside une intéressante fresque aux réminiscences byzantines représentant un Christ dans une mandorle accompagné de Saint Gabriel et d'un personnage malheureusement peu identifiable. La facture s'apparente fortement à celle de Berzé-la-Ville.

Fredogino 23/03/2006 11:53

Oui mais moi je préfère chercher en vrac, c'est plus rigolo. Il y a une super fresque à la chapelle des moines de Berzé-la-ville.

Youk (David) 23/03/2006 11:54

Cette chapelle du 11ème siècle est d'importance par son rapprochement avec Cluny III, plus grande basilique du monde chrétien, aujourd'hui détruite. Ses magnifiques fresques byzantines seraient de facture identique à celles existantes dans la basilique et constitueraient donc la dernière trace de ce grandiose édifice religieux.
La chapelle est célèbre par ses peintures, considérées comme le plus beau témoignage de l'art roman clunisien, et qui sont vraisemblablement l'oeuvre d'artistes rassemblés par saint Hugues lors de ses voyages au Mont-Cassin. Le rapprochement avec l'art byzantin de la Cappadoce s'impose, comme aussi avec les peintures des sanctuaires romains de la même époque. Elles permettent d'imaginer le décor, disparu, de l'église abbatiale de Cluny III.L'Académie de Mâcon, propriétaire et gestionnaire de la chapelle, fait procéder et participe aux nécessaires restaurations, sous le contrôle des Monuments historiques.
Mais ce n'est pas ça.

Fredogino 23/03/2006 11:50

L'Eglise Saint-Pierre de Bouvines?

Youk (David) 23/03/2006 11:52

Ce n'est pas dans le Pas-de-Calais, ça ?

Fredogino 23/03/2006 11:49

Je patine...

Youk (David) 23/03/2006 11:51

Il n'y a pourtant que 4 départments en Bourgogne...
Il faudrait consulter la rubrique "Géographie" > Généralités.

Fredogino 23/03/2006 11:49

ou le Christ en majesté de l'Abbaye de Paray Le Monial?

Youk (David) 23/03/2006 11:52

Non.

Fredogino 23/03/2006 11:47

Le Cellier de la vieille église de Juliénas a une fresque bachique ;)

Youk (David) 23/03/2006 11:48

Tu me donnes des idées d'énigmes à venir ?
Juliénas... en Bourgogne ?

Fredogino 23/03/2006 11:45

Ah, attends, Anzy le Duc ça a l'air pas mal...

Youk (David) 23/03/2006 11:45

Non.

Fredogino 23/03/2006 11:39

Mâcon, Saône et Loire?

Youk (David) 23/03/2006 11:45

Non.

Fredogino 23/03/2006 11:38

lol, comme si je connaissais les départements de Bourgogne

Fredogino 23/03/2006 11:35

A Nevers?

Youk (David) 23/03/2006 11:37

Non. Cherche le département...

Fredogino 23/03/2006 11:23

Ca pourrait être les 12 apôtres de l'église de Brancion...

Fredogino 23/03/2006 11:21

Brancion?

Youk (David) 23/03/2006 11:28

Non.

Fredogino 23/03/2006 11:16

A Auxerre?

Youk (David) 23/03/2006 11:18

Non.

Danet 23/03/2006 11:04

Aucune idée, à première vue j'avais pensé à une écorce de bois ! Je suis loin. Coucou amical Danet.

Youk (David) 23/03/2006 11:06

Non, il s'agit bien d'un mur.

Fredogino 23/03/2006 10:49

dans une église bourguignonne (je pense à quelqu'un)

Youk (David) 23/03/2006 10:56

Oui, c'est dans une église.
Où ? Que représente cette fresque ?