Littérature bourguignonne : Le pape des escargots

par Youk (David)  -  12 Avril 2006, 08:42  -  #3.4. Culture (Littérature)

LE PAPE DES ESCARGOTS

de Henri Vincenot. Format:17.7x10.7cm. ISBN:2070374742. 6,65€


Perdu au beau milieu de la Bourgogne, demeurant à la Rouéchotte, Gilbert a choisi de redonner vie au bois en le sculptant. Il est tout occupé à la sculpture d'un nouveau calvaire quand deux escrocs bons sophistes venus de la ville reniflant le bon coup lui proposent un séjour à Paris pour prendre des cours de dessin et "affiner son talent certain". Dévalisé de ses statuettes, écoeuré par la grossierté et la décadence des grandes villes, il décide de devenir compagnon du tour, et retourne dans son trou ou l'attend bien entendu La Ggazette, ce vieux sage gaulois qui visite toute la Bbourgogne la crosse à la main en prophétisant à lonbgueur de journée. Il est un des seuls à avoir conservé le Secret, dépositaire qu'il est de la science et de la philosophie celte.
Sur les chantiers ou travaille Gilbert, le vieux bonhomme lui expliquera le sens perdu des cathédrales, ces oeuvres fortement inspirées de la religion celte mais récupérées par le christianisme. Hélas aujourd'hui le sens semble réellement perdu.
La Gazette veut faire de Gilbert son successeur et lui donner ainsi la clé du monde.
 

 

Ce sont toujours les mêmes thèmes qui reviennent chez Vincenot: attachement à la terre, dénonciation du culte du progrès, oppopsition et complémentarité du christianisme et du paganisme, mais comment se lasser de ces histoires de vrais bourrus aux expressions bourguignonnes hautes en couleur, presque de l'exotisme pour citadins...

Petits-fils d'un maréchal-ferrant de Châteauneuf-en-Auxois qui devient ensuite mécanicien de locomotive à vapeur, fils de Charles Vincenot, dessinateur et peintre au talent académique qui est dessinateur-projeteur au P.L.M., Henri Vincenot passe son enfance dans la région de Châteauneuf.
Diplômé de H.E.C., il fait son service militaire au Maroc, puis suit aux Beaux-Arts de Dijon des cours de dessin et de sculpture. Entré au chemin de fer à la gare de Louhans, il se fait remarquer par un article sur l'expédition des volailles bressanes qu'il illustre lui-même et devient journaliste à la Vie du Rail, où il fait aussi les dessins illustrant ses articles.
Il rédige des ouvrages historiques comme La vie quotidienne des paysans bourguignons au temps de Lamartine (1976), et des romans comme Le Pape des escargots ou la Billebaude, chroniques terriennes où Vincenot manifeste une nostalgie de la vie rustique d'autrefois.
Toujours attaché à la région de Châteauneuf, installé dans le village de Commarin, ce personnage plein de verve, à la silhouette pittoresque avec son costume de velours côtelé et son gilet brodé, conserve toujours une plume aussi alerte pour dessiner que pour écrire.
Ce Bourguignon de race et d'âme montre dans la Pie saoule en 1956, dans les Chevaliers du chaudron en 1958, les mutations provoquées en Bourgogne par la construction des premières voies ferrées au XIXème siècle. Dans Le Pape des escargots, le truculent vagabond prophète surnommé La Gazette entraîne le lecteur sur tous les hauts lieux de la Bourgogne, tandis que Gilbert, sculpteur inspiré, déçu par un bref passage à Paris, regagnant la terre de ses origines, apprend à déchiffrer le symbolisme secret des grands sanctuaires de Bourgogne.
En 1978, il publie La Billebaude. Vincenot crée ici une langue pimentée de termes dialectaux pour vagabonder (la billebaude, c'est la liberté d'aller à l'aventure) à travers ses souvenirs de jeunesse. Il dépeint sa région et évoque, avec tendresse et nostalgie, la vie rude et simple de ses grands-parents, sous un climat dur, dans un hameau presque perdu. Une sagesse toute terrienne s'exprime dans cet ouvrage.
En 1980, il publie "Mémoires d'un enfant du rail".

nizou 12/04/2006 22:55


          Cher youk,
      Je suis heureuse que tu parles de Henri  vincenot.   J'ai dévorée
 ces livres qui sont vraiment des jolis récits pleins de vérités. On comprends mieux



      Cher Youk,  Je n'ai pas fini mon commentaire,je pense avoir fait
une mauvaise manoeuvre .  Je te disais donc que j'étais heureu-
-se que tu parles de Henri Vincenot.    La vie du rail, souvenir de mon
enfance.Fille et petite fille de cheminot ce journal avait une grande
place au sein de notre famille.
Mon livre préféré est Rempart de la miséricorde ,car il decrit un
quartier que l'on retrouve presque identique .A+ .


missmio 12/04/2006 13:36

Je vais devoir lire celui-là aussi!

cricri 12/04/2006 12:59

ha oui, j'oublié l'info importante à marseille = OM écraseOL.

Youk (David) 12/04/2006 13:33

"écrase" ! Tu ne serais pas un peu Marseillais, toi ?

cricri 12/04/2006 12:50

Hô, il faut que je lise celà.doit être bien

Youk (David) 12/04/2006 13:31

C'est excellent, à vrai dire.

renée et christian 12/04/2006 11:55

cher Youk, tu me fais rougir avec ta proposition. Si j'avais ne serais ce que10 voir 20 ans de moinssss (prononcé à la marseillaise)  mais ne révons pas , HIHIHI, je rigole, je suis contente car ce matin tu m'a fait rire petit coquin.Grosses bises.Mamiekéké