365 jours en Bourgogne

par David - Netbourgogne  -  21 Décembre 2007, 23:00  -  #2.3. Histoire (365 jours en Bourgogne)

22 décembre 1465 :

La paix de saint-Trond est signée entre le Duc Philippe de Bourgogne et la Cité de Liège.

 Art. 1er. Les maîtres et échevins et tous les officiers de la cité; les doyens des métiers avec dix membres de chacun d'eux; dix chanoines de l'église de St-Lambert; quatre ecclésiastiques de chacune des églises secondaires, abbayes et prieurés; dix nobles vassaux de l'église ayant servi en cette guerre: tous représentant les trois états, se rendront vers le duc, en quelque lieu qu'il soit, en Brabant ou à Malines, et en sa personne, tête nue, et à genoux, diront : que à tort, sans cause et contre raison, ils ont commenchié et continueit la dite guerre contre mondit seigneur, ses dits pays et ses subjects; comme il leur en déplaist, s'en repentent de tout leur cœur, et que s'ils l'avoient à comenchier, jamais ne le feroient ou commencheroient; et supplieront en toute humiliteit, pour eux et pour ceux de la dite cité, que monseigneur les veulle prendre et rechevoir en sa bonne grâce, offrant de faire et accomplir les conditions et charges ci-après déclarées...

Art. 2. Les bourgmestres, échevins, conseil et gens d'église des autres villes, viendront faire la même soumission au duc le jour qui sera assigné à ceux de Liége.

Art. 3. Les députés feront aussi amende honorable au comte de Charolais pour les injures qu'ils ont proférées contre sa personne; pour l'avoir défié; pour avoir pris son château de Fallais, et brûlé la basse-cour de son château de Montaigle. Il sera de plus indemnisé des dommages qu'il a soufferts à cette occasion.

Art. 4. Ceux du pays de Liége payeront aux commissaires que le duc de Bourgogne nommera, six mille florins pour l'édification d'une chapelle et pour la fondation de trois messes, en commémoration des occisions par eux commises sur les sujets du duc.

Art. 5. Les sujets des pays appartenant au duc, ou étant de son ancienne garde et avouerie, soit du Brabant, de Limbourg, de Luxembourg, de Namur ou d'ailleurs, lesquels ci-devant ont usé de la loi de Liége, en seront exempts à l'avenir. Ils ne seront plus tenus de répondre à l'anneau du palais, ni au Perron, à Liége.

Art. 6. Ceux du pays de Liége ne pourront s'armer contre le duc ni contre ses successeurs. Ils ne pourront contracter, à son insu, aucune alliance avec aucun prince, sous peine de 200,000 florins du Rhin.

Art. 7. Ils renonceront aux traités d'alliance qu'ils ont faits contre le duc, et lui en remettront les lettres.

Art. 11. Le duc et ses successeurs auront le passage libre de la Meuse, en tous lieux du pays de Liége, soit avec gens d'armes ou autrement.

Art. 15. Par le moyen desdits articles, paix perpétuelle sera entre le duc, ses pays et sujets, et les cité, villes et pays de Liége et de Looz.