Jean sans Peur

par Youk  -  27 Septembre 2005, 22:00  -  #2.1. Histoire (Généralités)

Jean Ier de Bourgogne,

dit Jean sans Peur, duc de Bourgogne

Il est né le 28 mai 1371 à Dijon. Il est le fils aîné de Philippe le Hardi, duc de Bourgogne, et de Marguerite III de Flandre. Il est d'abord comte de Nevers en 1384, comté qu'il abandonne en 1404 à son frère Philippe.

Il est le frère de:
Antoine, duc de Brabant, duc de Limbourg et comte de Rethel. Épouse en première noce: Jeanne de Saint-Paul, puis en deuxième noce: Elisabeth de Goerlitz,
Philippe comte de Nevers,
Marguerite comtesse d'Ostrevent. Épouse Guillaume IV de Bavière, comte de Hainaut et de Hollande,
Catherine épouse Léopold IV d'Autriche
Marie épouse Amédée VIII duc de Savoie.

Il épouse, le 12 avril 1385, Marguerite de Bavière, fille d'Albert de Bavière, comte de Hainaut, de Hollande et de Zélande.

Il participe à la croisade entreprise par Sigismond de Hongrie contre les Turcs, se bat vaillamment et est pris lors de la défaite de Nicopolis le 25 septembre 1396.

Revenu en France en 1398, il succède à son père à la mort de celui-ci en 1404 devient duc de Bourgogne et à la mort de sa mère en 1405, comte de Flandre, d'Artois et de comte de Bourgogne. À trente-trois ans, c'est alors un homme mûr, expérimenté et considéré.

Le duc Jean est réformateur par goût de la saine gestion administrative autant que par opportunité, car le jeune frère de Charles VI, Louis, duc d'Orléans, met maintenant la main sur le Conseil royal et sur les ressources du Trésor : la part de l'argent royal dans les ressources du duc de Bourgogne diminue de moitié. Et Jean sans Peur n'est plus que le cousin du roi alors que son père avait été l'un des oncles au gouvernement. Il manie donc avec habileté la démagogie, acquiert des sympathies dans la bourgeoisie parisienne et fait cause commune avec les idéalistes de l'université de Paris, toujours prêts à mêler la réforme de l'Église, comme solution du Schisme, et la réforme du royaume, comme chemin vers la vertu politique.

Dans ses principautés, il sait modérer ses ambitions, en sorte que la construction de l'État bourguignon progresse sûrement : il unifie la comté de Bourgogne en y intégrant Besançon, lien entre Bourgogne et Pays-Bas, établit à Liège un prince-évêque complaisant. Il annexe Tonnerre, Boulogne et la Picardie.

Pour ne pas être évincé du pouvoir dans le royaume, il menace Paris en 1405, puis fait assassiner le duc d'Orléans en 1407 et entre en conflit avec le parti d'Orléans, dont l'homme fort est maintenant Bernard VII d'Armagnac.

Il soutient le mouvement réformateur qui se manifeste lors des états généraux de 1413, se trouve par là impliqué dans l'insurrection cabochienne et s'aliène ainsi les modérés.

Il doit quitter brusquement Paris en 1413, laissant place à la réaction armagnaque. Rentré en force dans la capitale en 1418, il pense pouvoir gouverner le royaume à la faveur de la maladie du roi. Mais il finasse avec les Anglais, dont il n'entend pas être l'ennemi sans vouloir pour autant s'allier avec les vainqueurs d'Azincourt.

Il joue d'autre part un jeu politique trop ambigu avec le dauphin Charles, qui souhaite la réconciliation pour faire face à l'invasion anglaise, mais dont l'entourage armagnac craint de voir le futur roi entrer dans les vues politiques du parti de Bourgogne. Quelques hommes de main des Armagnacs l'assassinent alors, à l'occasion d'une entrevue avec le dauphin à Montereau-Fault-Yonne le 10 septembre 1420.

 


 

Ses enfants :

Outre un fils unique,
 Philippe le Bon, qu'il marie en 1409 à une fille de Charles VI, Michelle de France, morte à Gand le 8 juillet 1422 Philippe épousera par la suite Bonne d'Artois puis Marguerite d'York,


 Jean sans Peur laisse de sa femme Marguerite de Bavière sept filles, qui servent la politique matrimoniale inaugurée par Philippe le Hardi:
 Marguerite (1393-1441), comtesse de Gien et de Montargis, épouse 1°) en 1409 le duc Louis de Guyenne, fis du roi Charles VI et d'Isabeau de Bavière dont Charles le Téméraire, duc Bourgogne, puis, 2°) en 1423 Arthur, comte de Richemont, puis duc de Bretagne, connétable de France;
 Catherine est fiancée à Philippe d'Orléans (1396-1420), à Louis III d'Anjou et enfin au futur Henri V d'Angleterre elle épousera Louis III d'Anjou et duc de Guise);
 Marie épouse en 1406 Adolphe IV de La Marck, duc de Clèves;
 Isabelle épouse en 1406 à Olivier de Châtillon, comte de Penthièvre;
 Anne épouse en 1°) 1423 à Jean Plantagenet, duc de Bedford puis 2°) Owen Tudor;
 Agnès épouse en 1425 à Charles Ier dont Isabelle qui épouse son cousin le duc Charles le Téméraire de Bourgogne, et Louis de Bourbon, comte de Clermont, puis duc de Bourbon.
 Jeanne;


 Parmi les bâtards de Jean sans Peur : Jean VI, évêque de Cambrai.

Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Ier_de_Bourgogne

 


 Retour