Découvrir la Bourgogne : photo-mystère n° 7 (série 1)

par David  -  20 Décembre 2005, 08:25  -  #6.1. Curiosités (Jeux touristiques)

Je constate que cette manière plaisante de découvrir queslques curiosités de la région vous plaît, alors je soumets une nouvelle photo à votre sagacité, avant la trève des confiseurs.

?


Retour

ben 03/07/2006 16:49

trop cool

chriscraft_ 31/01/2006 11:19

archéodrome ?
 

Fredogino 21/12/2005 10:43

ha,ha,ha... Moi je ne sais pas rechercher avec google.

David 21/12/2005 10:47

 Alors, viens visiter la région...
Amicalement, Youk

Le Gros 20/12/2005 09:40

Yeeeeesssss,

Il m'en restait encore 2 ou 3.

Je suis le meilleur (en google)

David 20/12/2005 09:51

 Pour le moment, c'est indubitable !
*****

La phase solutréenne de la taille de pierre au Paléolithique.
1. leaf point 2. endscraper-drill 3. single bevelled point4. arrowhead 5,7. points 6. endscraper 8,9. bifacial leaf point

Le Gros 20/12/2005 09:39

Mâcon - Musée municipal des Ursulines
5 rue des Ursulines, 71000 Mâcon.
Tél. 03 85 39 90 38.
Collections de minéralogie, paléontologie et préhistoire.

David 20/12/2005 09:50

 Non, et tu peux arrêter : c'est trouvé !
Le Musée Municipal des Ursulines est installé en 1968 dans un ancien couvent du 17ème siècle, ses collections sont présentées depuis sa rénovation en 1992 autour de trois axes : l'archéologie locale (solutréen, gaulois, capétiens, roman...) et régionale, l'ethnographie locale (la Saône, la vigne) et une importante section des beaux-arts (du 16e au 20e siècle). Son axe d'acquisition privilégié est le courant post-cubiste et l'art "construit". Il organise 5 expositions par an en relation avec les collections et les acquisitions récentes, de la préhistoire à l'art contemporain. Le musée s'insère dans un ensemble muséal plus large où se retrouvent un musée d'homme célèbre : le musée Lamartine ; un musée lapidaire dans un monument historique : l'ancienne cathédrale Saint-Vincent (11ème-15ème siècles) et un site archéologique (6ème-18ème siècles) : l'église Saint-Clément. Le musée gère enfin l'accueil des publics à l'apothicairerie de l'Hôtel-Dieu, ancien hôpital construit sur les plans de Soufflot au 18ème siècle. Il possède un service pédagogique développé.

jeanyves 20/12/2005 09:38

personne ne devrait avoir le droit a google

David 20/12/2005 09:49

 Bah... Chacun ses armes...

Le Gros 20/12/2005 09:38

Tournus - Musée municipal Greuze
rue du Collège 71700 Tournus
Tél. 03 85 51 30 74
Collections de minéralogie, paléontologie et préhistoire.

David 20/12/2005 09:41

 Non.
Le Musée Greuze rend hommage au plus célèbre artiste natif de Tournus : Jean-Baptiste Greuze (1725-1805). Peintre du roi, ami du philosophe Denis Diderot et chantre de la vertu, Greuze connut un immense succès au XVIIIe siècle. Sa renommée, qui s'étendait alors jusqu'en Russie, fait de lui l'un des peintres essentiels dans l'histoire de la peinture française. Greuze est évoqué dans le musée à travers des peintures et surtout de nombreux dessins très prisés.

Le reste des collections se compose d'objets archéologiques (dont une trousse ophtalmologique unique du IIe siècle et d'exceptionnelles plaques-boucles en argent damasquiné du VIe siècle), de peintures (Frans II Francken, F. Grimaldi, Adolphe Appian...) sculptures et d'art contemporain.

Trousse ophtalmologique
L’opération de la cataracte était bien connue des romains. Sa pratique en Gaulle romaine a été confirmée par la découverte de cette trousse, lors d’un dragage de la Saône.

Le Gros 20/12/2005 09:38

Solutré-Pouilly - Musée départemental de Préhistoire
71 960 Solutré.
Tél. 03 85 35 83 24.
Collections de paléontologie et préhistoire

David 20/12/2005 09:39

 Formidable LeGros qui accroît son avance au tableau (5 points).

Le musée de Solutré présente les collections d’un des plus riches gisements préhistoriques d’Europe : un site de chasse fréquenté pendant plus de 25 000 ans par des hommes du Paléolithique supérieur (de 35 000 à 10 000 ans av. J.-C.) qui sont venus chasser, dépecer et boucaner des milliers de chevaux et rennes.
Les collections exposées à Solutré donnent un panorama complet des différents travaux de recherche effectués sur le site depuis sa découverte. On peut ainsi voir réunies les pièces mises au jour par les préhistoriens de la fin du XIXème siècle, A. Arcelin, H. de Ferry, l’abbé Ducrost, et celles provenant des dernières fouilles, entreprises par Jean Combier entre 1967 et 1978. Ces objets ont pu être exposés au musée de Solutré grâce à deux dépôts : celui du musée des Ursulines de Mâcon pour les collections Arcelin et de Ferry, celui de l’état pour les collections des fouilles de 1967 à 1977.
*****
Site de chasse pendant plus de 25000 ans, les hommes des quatre grandes cultures du Paléolithique supérieur (35000 à 10000 av. J.-C.) - Aurignacien, Gravettien, Solutréen, Magdalénien - sont venus chasser, dépecer et boucaner des milliers de chevaux et de rennes. Il rest aujourd'hui à cet emplacement un "magma" d'ossements unique au monde couvrant un hectare sur parfois plus d'un métre d'épaisseur. C'est cette accumulation d'ossements qui est à l'origine de la célèbre légende, aujourd'hui démentie, des chevaux précipités par les chasseurs depuis le sommet de la roche. C'est en réalité au pied de l'escarpement rocheux que les troupeaux étaient traqués puis abattus.
Fouillés dès 1866, le gisement de Solutré a apporté une contribution décisive à l'établissement de la chronologie du Paléolithique supérieur. Il a donné son nom à une culture: le Solutréen (20000 à 16000 av. J.-C.), rendu célèbre par ses "feuilles de laurier" chefs d'oeuvre de la taille du silex.

doctole 20/12/2005 09:36

C'est l'archédrome de Beaune

David 20/12/2005 09:37

 Non. Mais j'y penserai pour une prochaine photo-mystère...
PS : Beaune est en Côte d'Or et est fermé définitivement :
L'archéodrome de Beaune a fermé ses portes fin octobre 2005 : il n'a pas trouvé de repreneur.

Tous les usagers qui ont emprunté l'autoroute A6 depuis 1978 connaissent ce parc qui offrait un voyage dans le temps, de l'âge de fer à l'an 1000, mais dont la fréquentation a chuté de 250 000 visiteurs annuels au début des années 1980 à 40 000 l'an dernier : l'archéodrome de Beaune-Mercueil a fermé ses portes le 31 octobre.
Pour l'heure, on ne parle que d'une "fermeture provisoire" même si tout laisse penser qu'elle sera définitive. La SAPRR, son propriétaire, affirme toujours rechercher un repreneur, mais assure ne pas en trouver. Le site continue de se dégrader, deux de ses employés vont partir en pré-retraite, deux autres vont être repris par Autogrill qui gère un restaurant voisin, et les deux derniers ont choisi de créer une association sur la préhistoire. Ils n'ont, en effet, plus de raison de rester sur place puisque seules deux oies sont encore présentes et que tous les autres animaux ont été emmenés ailleurs.
 Vitrine de l'archéologie bourguignonne  Situé sur l’aire d’autoroute de Mercueil, au sud de Beaune, l'archéodrome est la propriété de la la SAPRR - la société des auoroutes Paris-Rhin-Rhône - qui l'avait crée, en 1978, en collaboration avec le service régional d’archéologie de Bourgogne à la suite des travaux de construction de l’A31 et de la découverte des vestiges de la  nécropole gallo-romaine des Bollards, dans les environs de Nuits-Saint-Georges. Véritable vitrine de l’archéologie bourguignonne, il était un lieu qui permettait de revisiter notre histoire afin de mieux comprendre l’évolution de l’hommeAu fil des années, l’archéodrome a vu passer plusieurs gérants, une société privée dans un premier temps, puis la société Wagon-lits du groupe Accord, puis celle du groupe britannique Forte jusqu'à Autogrill qui le gèrait depuis une dizaine d’années.Mais voilà, sa programmation n’a pas évolué depuis 1994 , date à laquelle une rénovation du site a été réalisée sur la base d'un projet établi à partir de travaux d'un conseil de scientifiques et doté d' un budget de 25 millions de Francs dont 1,5 millions financé par la région et 1 million par le département de la Côte d'Or. Les travaux réalisés à cette époque sont devenus obsolètes et n'ont pas suffi à endiguer la concurrence exercée depuis par les sites de Solutré, en Saône-et-Loire, et de Guédelon, dans l'Yonne.C'est faute de pouvoir - ou de vouloir - réaliser de nouveaux investissement que la SAPRR a décidé "d'interrompre son fonctionnement".
(France 3)

Niconippon 20/12/2005 09:36

Bibracte

David 20/12/2005 09:38

 Non. Bibracte, c'est comme Autun.

Le Gros 20/12/2005 09:36

Celui-là:

Châlon-sur-Saône - Musée Denon
3 rue Boichot, 71100 Châlon-sur-Saône
Tél. 03 85 94 74 41
Collections de minéralogie, paléontologie et préhistoire

David 20/12/2005 09:37

 Non. J'espère que tu ne vas pas tous me les faire !

Deux grandes sections composent le Musée Denon : la section beaux-arts offre un bel aperçu de l’ambition encyclopédique du XIXe siècle par la collecte de créations artistiques du XVIe au XIXe siècle. Les collections archéologiques illustrent la présence de l’homme dans la région chalonnaise depuis une centaine de milliers d’années.
La Saône a livré une partie importante des collections archéologiques conservées au musée Denon. Elle a toujours eu une grande influence sur la vie de ses riverains et constitue encore actuellement un lieu de consevation pour de nombreux sites archéologiques.

La préhistoire est très bien représentée : une importante série d'outils taillés en silex illustrent la présence et les activités de l'homme depuis une centaine de milliers d'années. Mais une attention toute particulière doit être portée à la douzaine de "feuilles de laurier" en silex. Découvert à Volgu, en 1873, ces objets sont considérés par les spécialistes comme les plus belles réalisations actuellement connues dans le domaine de la taille du silex. Les trouvailles effectuées dans le lit de la Saône, datant des âges du Bronze et du Fer, démontrent par leur abondance comme par leur qualité, l'importance des activités artisanales, commerciales et culturelles qui se sont développées dans la vallée. Enfin, le musée offre au public une très riche série de vases en bronze gallo-romains, issue de la Saône. Mais les Gallo-Romains ont également laissé de nombreux témoignages de leur activité comprenant un domaine nouveau : l'architecture de pierre. Les collections lapidaires sont riches de stèles funéraires et de sculptures, qui dénotent la persistance d'un art local. Un piedestal porte la plus ancienne inscription connue du nom de Chalon. Enfin, une des pièces spectaculaires du musée est sans doute le célèbre groupe représentant un gladiateur barbare terrassé par un lion. Constituées au XIXe siècle avec l'ambition encyclopédique de l'époque, les collections relevant de la section Beaux-Arts couvrent le champ de la création artistique du XVIe au XIXe siècle. La peinture française est surtout représentée par des oeuvres de bonne facture datant du XIXe, mais "Les Enfants Devant Le Château Des Clayes" (vers 1935) d'Edouard Vuillard, mérite attention. Pour l'Italie, la Flandre et la Hollande, les XVIIe et XVIIIe siècles sont à l'honneur avec notamment des oeuvres importantes de l'Ecole napolitaine : "Le Retour de Perséphone" de Luca Giordanno, mais aussi "La Religion et La Force" de Giacinto Diano, et "La Glorification de la Sainte-Croix" de Corrado Giaquinto. Parmi les nombreux documents graphiques conservés, il convient de souligner l'importance des oeuvres de la main de Dominique-Vivant Denon et la rare présence d'une étude de Greuze pour "L'Accordée de Village". Peintures anonymes, oeuvres peintes, dessinées et gravées d'artistes locaux (Anthonin Richard, Etienne Raffort, Philibert Léon-Couturier, Jules Chevrier), bois gravés et mobilier de la Bourgogne du sud illustrent l'histoire de la ville et de la région. Ces collections sont progressivement complétées et réordonnées autour de Dominique-Vivant Denon afin de rassembler les documents concernant l'oeuvre et l'homme.

Le Gros 20/12/2005 09:35

C'est dans un musée ?

David 20/12/2005 09:36

 Oui. (et hop, un 2e point)

Le Gros 20/12/2005 09:35

C'est là:

Autun - Musée d'Histoire Naturelle
14 rue Saint-Antoine, 71400 Autun
Tél. 03 85 52 09 15
Collections de géologie, minéralogie, paléontologie et préhistoire : dont collections Chaignon, Montessus, Bayle, Roche, Daviot, Charmasse, Sotty, Gama, Gand, Reboul.

David 20/12/2005 09:36

 Non.
Le muséum d’histoire naturelle d’Autun trouve son origine au début du 19ème siècle. Les collections alors constituées par la Société d’histoire naturelle et actuellement propriétés de la Ville d’Autun, sont d’une exceptionnelle qualité.Le Muséum gère dans ses réserves plus de 800.000 échantillons : magnifique collection d’oiseaux, d'œufs et de nids représentant plus de 10 000 spécimens, herbiers (300.000 planches), collections d’insectes, de coquillages et de très nombreux fossiles et minéraux (300.000 pièces) qui retracent l’histoire géologique de la région, échantillons fossilifères représentant les animaux et les végétaux ayant vécu dans notre région il y a 300 millions d'années.
Le bassin d'Autun est une référence (stratotype) dans l'histoire de la terre pour une période de l'ère primaire. Les fossiles conservés en collection au musée en sont le témoignage.

Les expositions permanentes :
Les outils des hommes préhistoriques ayant vécu dans le bassin d'Autun au Moustérien (90 000-35 000 ans) et au Néolithique (5 000 ans).
Les animaux fossiles des charbons de Blanzy-Montceau les Mines-Le Creusot (300 millions d’années)
Les poissons et le bois fossiles du bassin d’Autun (295 à 275 millions d’années) L’histoire industrielle de l’exploitation des schistes bitumineux producteurs d’huiles de schistes équivalant au pétrole naturel. Les exploitations vous sont présentées à travers des clichés photographiques dont les premiers furent réalisés en 1885.
 Les Télots 1900
 La découverte des traces des premiers dinosaures morvandiaux
 Les magnifiques minéralisations des mines et carrières du Morvan. Celles-ci ont été exploitées pour fournir en fluorine les industries de fabrication de l’acier et de l’aluminium.
Les animaux des cavernes à l'époque de l'homme préhistorique (ours des cavernes, bison, aurochs, rhinocéros laineux, bœuf musqué…)
Les animaux du grand Nord (ours blanc, élan, renne, tigre de Sibérie, renard argenté, renard blanc, renard bleu, glouton, …)
L'histoire des collections, des origines de la Société d'histoire naturelle à la création du musée

Le Gros 20/12/2005 09:33

C'est en saone et loire ?

David 20/12/2005 09:34

 Oui. Quelle puissance de déduction !

Le Gros 20/12/2005 09:32

C'est en cote d'or ?

David 20/12/2005 09:33

 Non. Plus qu'un...

Le Gros 20/12/2005 09:30

C'est dans l'Yonne ?

David 20/12/2005 09:31

 Non.

Niconippon 20/12/2005 09:27

oh m*** j'ai vu ça en recherchant pour la photo 4...

c'est dans la nièvre ?

David 20/12/2005 09:29

 Non.