Charles le Téméraire

par Youk  -  27 Septembre 2005, 22:00  -  #2.1. Histoire (Généralités)

Charles de Bourgogne,

dit Charles le Téméraire

Charles le Téméraire

Ce surnom de Téméraire lui fut donné à l'époque romantique, ses contemporains le qualifièrent de Grand Lion, de Guerrier, de Travaillant, de Terrible ou encore de Hardi.

C'est un prince français de la deuxième branche bourguignonne de la dynastie des Capétiens.

Il est le troisième fils (les deux premiers sont morts en bas âge) de Philippe le Bon (1396-1467), duc de Bourgogne, et de sa troisième épouse l'infante Isabelle de Portugal (1397-*1471), elle-même Capétienne. Charles naît à Dijon en 1433. Il sera élevé aux Pays-Bas.

Homme d'un exceptionnel courage, il est cependant connu pour son caractère violent et impulsif. Il ne connaît qu'un moyen pour obtenir ce qu'il veut : la force. En 1452, alors qu'il n'est que comte de Charolais, il réprime avec une extrême brutalité le soulèvement des Flamands. Il se brouille avec le roi de France Louis XI notamment en s'alliant avec Édouard IV. Ce dernier fait une invasion qui tourne court par le traité de Picquigny. Charles n'hésitera pas à défier dans le cadre de la Ligue du Bien public Louis XI en lui livrant bataille à Montlhéry (1465) et en mettant le siège devant Paris. Ainsi contraint-il le roi à signer les traités de Saint-Maur-des-Fossés et de Conflans par lesquels il récupère la Picardie et la ville de Boulogne.

Devenu, en 1467, duc de Bourgogne (quatrième et dernier de la lignée issue de Philippe le Hardi, fils du roi de France Jean le Bon), son premier soin est d'avoir une armée permanente constituée de mercenaires venant de tous les pays d'Europe. Son objectif ? Conquérir la rive gauche du Rhin afin de faire la jonction entre ses terres de Bourgogne et ses possessions en Flandre, pour reconstituer ainsi un grand État bourguignon dont il prendrait la couronne royale.

Les révoltes de Liège et Dinant (qui dépendait de la Principauté de Liège) contre Louis de Bourbon l'éloignèrent un moment des affaires françaises. La Principauté de Liège séparait géographiquement ses possessions au niveau de la vallée de la Meuse. Le 25 août 1466, Charles prit possession de Dinant, qui fut pillée et détruite, et mit fin aux vélléités liégeoises. Après la mort de Philippe le Bon (15 juin 1467), les Liègeois reprirent les hostilités, mais Charles le Téméraire les vainquit à Saint-Trond et, après le sursaut des 600 Franchimontois, prit Liège, qui fut détruite et soumise en présence de Louis XI.

Le duc Sigismond d'Autriche lui apporte son aide en 1469 en lui vendant ses terres d'Alsace et le pays de Brisgau, région du comté de Bade en Allemagne.

Se considérant comme souverain de droit divin, Charles le Téméraire multiplie les occasions de défier le roi de France, voire de l'humilier lorsqu'il oblige Louis XI après l'entrevue de Péronne (1468) à signer un traité qui cède la Champagne et la Brie au Bourguignon. Il va jusqu'à le contraindre à assister à la répression des révoltés liégeois ! Or, le roi lui-même avait suscité et soutenu le soulèvement.

Mais Charles subit deux échecs : devant Beauvais (1472) tout d'abord, puis au cours de ses tractations avec l'empereur Frédéric III qui l'oblige à lever le siège de dix mois de la petite ville rhénane de Neuss.
L'Alsace se soulève contre lui (notamment à cause de la mauvaise gestion de son bailli von Hagenbach) et son refus de la revendre pour la même somme à Sigismond. Au sud les Bernois inquiets, appuyés par les Suisses de la confédération, réagissent contre la duchesse Yolande de Savoie en prenant des places-fortes (celles ci-après et Yverdon) dans le pays de Vaud. Venant à l'appel de ses alliés et ses vassaux Charles part en guerre contre eux. Dans la précipitation, il commet beaucoup d'erreurs tactiques, notamment de dépasser la ligne de solidarité des Suisses, et est battu à Grandson et à Morat en 1476. Louis XI est alors installé à Lyon.

En 1477, avec une nouvelle armée, il envahit la Lorraine et met le siège devant Nancy. C'est là que le 5 janvier il trouve la mort, vraisemblablement assassiné par l'un de ses généraux, le condottière napolitain Campo Basso qu'il avait insulté auparavant. L'armée bourguignonne est anéantie au pont de Bouxières-aux-Dames par lequel elle tentera de fuir vers Metz.




Unions :

 Épouse, le 19 mai 1440 à Blois, Catherine de France (1428-1446), fille du roi Charles VII et de Marie d'Anjou : sans postérité connue de cette union ;

 Épouse, le 30 octobre 1454 à Lille, Isabelle de Bourbon (1437-1465), fille de Charles Ier de Bourbon, duc de Bourbon. Cette union n'était pas désirée par Charles qui voulait épouser Anne d'York. Son père lui rappela les termes du Traité d'Arras l' obligeant à épouser une princesse du sang de France. De ce mariage naquit : Marie de Bourgogne (1457-1482), qui épousa en 1477 Maximilien (1459-1519), futur empereur germanique

 Épouse, le 3 juillet 1468, à Damme, Marguerite d'York (1446-1503), fille de Richard d'York (1411-1460), 3e duc d'York, et de Cécile Neville, et sœur d'Édouard IV, de Richard III, roi d'Angleterre, mais également de Georges duc de Clarence et d'Edmond Comte de Ruthand : sans postérité connue de cette union.




Titres

Tous portés de 1467 à 1477 sauf indication contraire


 comte d'Artois
 comte de Boulogne
 comte de Bourgogne
 comte de Charolais
 comte de Flandre
 comte de Hainaut
 comte de Hollande
 comte de Mâcon
 comte de Namur
 comte de Saint-Pol
 comte de Vermandois
 comte de Zélande
 comte de Zutphen (1472-1477)
 duc de Bourgogne
 duc de Brabant
 duc de Gueldre (1472-1477)
 duc de Limbourg
 duc de Luxembourg

Autres États sous influence :


 évêché de Liège
 rincipauté de Clèves
 comté de Rethel
 comté de Nevers
 rois-Évêchés (Metz, Toul et Verdun)
 duché de Bar
 duché de Lorraine
 comté de Montbéliard
 évêché de Bâle
 landgraviat de Haute-Alsace
 Sundgau
 Brisgau
 duché de Bouillon
évêché d'Utrecht
 Picardie

Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Charles_le_Téméraire

 


 Retour